Maurice conserve la 1ère place en Afrique sur le plan de la compétitivité

Maurice conserve la 1ère place en Afrique sur le plan de la compétitivité

Le Global Competitiveness Index 2016/2017, qui vient d’être publié par le Forum Economique Mondial (WEF), classe Maurice au 45ème rang mondial, derrière l’Italie et devant le Portugal, ce qui permet à ce pays insulaire de gagner une place. Au niveau de l’Afrique, Maurice est toujours en première position devant l’Afrique du Sud (47ème) et le Rwanda (52ème). Dans les sous-indices du classement, Maurice enregistre la meilleure performance dans la catégorie « Institutions ». A noter que Maurice maintient aussi sa première place dans la 10e édition de l’indice de bonne gouvernance (IIAG) de la Fondation Mo Ibrahim.

jerome.chastenet@dgtresor.gouv.fr

Signature par Maurice de l’accord INTERREG 2014-2020

vishnu_lutchmeenaraidoo_et_didier_robert_-_guillaume_foulon_0Signature par Maurice de l’accord INTERREG 2014-2020

A l’occasion d’un déplacement à La Réunion, le 11 octobre 2016, le ministre mauricien des Affaires étrangères et de l’Intégration régionale, Vishnu Lutchmeenaraidoo, a signé – pour la République de Maurice – la convention-cadre INTERREG V 2014-2020 qui porte sur un programme de coopération territoriale dans la zone Océan Indien. Ce programme, doté de 63,2 M EUR alloués par le FEDER et adopté par la Commission européenne en septembre 2015, comporte deux aspects : un volet transfrontalier (41,4 M EUR) relatif à la coopération entre La Réunion et ses voisins regroupés au sein de la COI et un volet transnational (21,8 M EUR) qui concerne une zone de coopération plus large.

jerome.chastenet@dgtresor.gouv.fr

Projet d’un réseau de TGV chinois en Afrique

Accord entre l’Union Africaine et la Chine pour un projet ferroviaire continental

La Commission de l’Union Africaine (CUA) et le gouvernement chinois ont adopté un plan d’action de 5 ans pour le projet de réseau continental de train à grande vitesse, qui permettrait de relier les capitales et les grandes villes africaines. Les objectifs fixés par le plan d’action sont les suivants : i) développer la coopération en matière de régulation et réglementation ferroviaire, ii) mettre en place d’une unité de mise en oeuvre du projet au sein de la CUA d’ici 6 à 12 mois, iii) renforcer la collaboration entre les entreprises africaines et chinoises. Un groupe chinois prendra la responsabilité de la recherche du financement et des constructeurs du réseau, et de la gestion des trains à grande vitesse.

pierre.sentenac@dgtresor.gouv.fr

Maurice en tête du classement sur la gouvernance des 54 pays d’Afrique

La fondation Mo Ibrahim a publié son classement sur la gouvernance des 54 pays d’Afrique. Ce classement se base sur des critères tels que la sécurité, l’Etat de droit, la participation citoyenne, les droits de l’Homme, l’économie et le développement humain. L’Ile Maurice est en tête, suivie par le Botswana, le Cap Vert, les Seychelles, la Namibie, l’Afrique du Sud, la Tunisie, le Ghana, le Rwanda et le Sénégal. Sur les dix dernières années, les progrès les plus importants ont été réalisés par la Côte d’Ivoire (21ème, +13,1 points), le Togo (33ème, +9,7), le Zimbabwe (39ème, +9,7), le Liberia (28ème, +8,7) et le Rwanda (9ème, +8,4). La Centrafrique (52ème), le Soudan du Sud (53ème) et la Somalie (54ème) occupent les derniers rangs.

manon.villeneuve@dgtresor.gouv.fr

L’Afrique toujours attractive selon EY

L’Afrique toujours attractive selon EY

Le cabinet EY publie son nouveau baromètre sur l’attractivité du continent africain. Il établit un bilan des investissements directs étrangers (IDE) pour 2015. Les IDE en Afrique ont augmenté de 7 % par rapport à 2014. L’Afrique de l’Ouest est première en ce qui concerne la valeur des IDE. La Côte d’Ivoire se hisse à la 9ème place des destinations les plus attractives. La France devient 3ème en termes de nombre de projets et de montant des investissements et 2ème pour les créations d’emplois. Les industries extractives poursuivent leur déclin, au profit des télécoms/medias/technologie, produits de consommation et de distribution, et services financiers. De nouvelles opportunités se concrétisent dans l’immobilier, l’hôtellerie et les cleantech.

christophe.hemery@fr.ey.com

 

Création de l’agence pour le développement économique à Madagascar

Création de l’agence pour le développement économique.

Le lancement officiel de l’agence Malagasy de développement économique et de promotion des entreprises (AMDP) s’est tenu à Paris, le 14 septembre 2016, en marge des premières journées de la francophonie économique et numérique. L’AMDP a pour vocation de faciliter les partenariats dans trois secteurs prioritaires : l’agro-industrie, les services et l’énergie verte. Cette initiative conjointe de Madagascar et du forum francophone des affaires s’inscrit dans le cadre du XVIe Sommet de la Francophonie qui se déroulera à Antananarivo les 26 et 27 novembre prochains. Pour rappel,  Madagascar dispose déjà d’un guichet unique des investisseurs, l’Economic Development Board of Madagascar, dont le lien avec l’AMDP n’est pour le moment pas défini.

Création d’un comité CCEF à Mayotte

Flag_of_Mayotte_(local).svg (1)Création officielle du comité CCEF de Mayotte.

Le quorum de sept membres ayant été atteint depuis la nomination, au 1er juillet dernier, de trois nouveaux conseillers, un comité à part entière pouvait donc se mettre en place,  ce qui a été fait vendredi dernier, 16 septembre 2016, à Mamoudzou.

Le bureau en est ainsi constitué :

Président : M. Nicolas Favre (TOTAL)

Vice-Présidente : Mme Soizic DURET-MOTARD (cabinet d’architecte CET Mayotte et présidente du Club Export Mayotte)

Trésorier : M. Nicolas GALBOIS (COLAS)

Secrétaire : Mme Maria ADAMJEE (NOSSY)

Les autres membres, sans fonction spécifique, sont

– Mme Isabelle CHEVREUIL (3A Mayotte),
– M. Olivier NOVOU (Laiteries de Mayotte)
– M. Ali AHMID (CCI Mayotte)

Bienvenue dans l’Océan Indien au comité Mayotte !

Union des Comores : signature d’un protocole de convention-cadre de partenariat avec la Réunion

Le 29 août 2016, Didier Robert, Président du conseil régional de La Réunion, et Mohammed Bacar Dossar, ministre des Affaires étrangères de l’Union des Comores, ont signé le protocole de convention du programme INTERREG V. Cette signature permettra aux Comores de profiter des fonds du programme INTERREG V pour financer des projets de développement en partenariat avec La Réunion. INTERREG V est financé par le FEDER européen à destination de l’océan Indien et géré par le conseil régional de la Réunion. Doté de 63,2 M EUR, ce projet est destiné à renforcer la coopération régionale de La Réunion et de Mayotte avec les pays voisins.

Air Mauritius va mieux

airmauritiusAvec un bénéfice net de 81 M de roupies (environ 2 M EUR) dégagé au cours du 1er trimestre de l’exercice financier en cours, Air Mauritius semble être revenue sur une trajectoire positive, alors que pour l’exercice 2015/16 la compagnie nationale avait enregistré des pertes de 398 M de roupies (10 M EUR). Sur la période concernée, le nombre de passagers a progressé de 9 %, tandis que les coûts opérationnels (carburant, en particulier) ont baissé notablement. En 2019 et 2020, 4 Airbus A350-900 doivent être livrés à Air Mauritius, qui dessert actuellement une vingtaine de destinations avec une flotte composée de 13 appareils (Airbus et ATR, uniquement).

jerome.chastenet@dgtresor.gouv.fr

 

 

APE: signature de l’APE par le Kenya et le Rwanda

East African Community : signature de l’APE par le Kenya et le Rwanda, maintien des positions tanzanienne et burundaise
Le Kenya et le Rwanda ont signé l’accord de partenariat économique UE-EAC le 1er septembre 2016 à Bruxelles. L’Ouganda a également annoncé son souhait de signer dans les prochains jours. Alors que la date initiale de signature par les Etats membres de l’EAC avait été fixée au 18 juillet, la Tanzanie et le Burundi ont refusé de signer. Le premier invoque la crainte d’une menace pour son secteur industriel naissant, le second affirme qu’il s’agit d’une réaction aux sanctions européennes. La ratification d’ici le 1er octobre 2016 pour une entrée en vigueur provisoire de l’accord reste à ce stade incertaine.

1 8 9 10 11 12