Quand Robert rencontre Zuma

Jacob Zuma Robert

Didier Robert a participé à l’invitation du Président de la République, à la rencontre officielle avec le Président de l’Afrique du Sud, Jacob Zuma à l’Élysée. Didier Robert salue le fait que la Région, qui œuvre depuis plusieurs années à l‘ouverture de La Réunion, terre de France et d’Europe sur la zone grand océan Indien soit pleinement associée à ce rendez-vous majeur. C‘est sans conteste une reconnaissance du rôle de la Région au sein de cette partie sud. Rôle encore amplifié à travers le pilotage du programme européen Feder. Les relations engagées par la région Réunion avec les pays de l’Afrique de I’Est (Mozambique /Tanzanie) et l‘Afrique du Sud sont essentielles pour faire avancer les sujets de coopération dans les domaines économiques, du tourisme mais aussi sur les questions liées au développement durable.

 

L’International devient prioritaire pour la Région Réunion

PrieLe Plan Régional à l’Internationalisation des Entreprises (PRIE) vient d’être lancé par le Président de Région lui-même, accompagné de trois élues :  sa Vice-Présidente Danièle Lenormand en charge du développement économique et des entreprises, de Lynda Lee Mow Sim (ouverture au monde) et de Faouzy Vitry (coopération régionale).

Etaient présents également le Préfet (représenté par son SGAR (Secrétaire Général aux Affaires Régionales) Loïc Armand, et les autres signataires du PRIE (CCEF, BPI, AFD, NEXA, CCI et Club Export) ainsi que le CESER et la Chambre des métiers.

Le Président a proposé une gouvernance bipolaire animée avec le Club Export et la CCI pour les entreprises et NEXA pour l’Attractivité du Territoire. Il a insisté également pour faire disparaître le « mille feuilles » actuel qui paralyse nos actions et a relancé son projet de maison de l’Export.

Les réunions de travail débuterons début juillet car le plan stratégique (SRDEII (*)) doit être validé au plus haut niveau de l’Etat avant la fin de l’année.

(*)stratégie régionale de développement économique, de l’innovation et de l’internationalisation.

Nouveau plan directeur pour les infrastructures portuaires à Maurice

Nouveau plan directeur pour les infrastructures portuaires. Le nouveau « Master Plan », qui doit être soumis d’ici peu à la Mauritius Ports Authority (MPA), proposera une série de projets dont la mise en œuvre devrait s’étaler jusqu’en 2040 : optimisation des activités de transbordement, construction d’un terminal pour l’accueil des bateaux de croisière et d’un port de plaisance, bunkering dans la région d’Albion, construction d’un port de pêche au nord de la capitale, etc. A l’horizon 2040, la MPA espère atteindre 1,4 million de conteneurs (350 000 aujourd’hui) et 2,5 millions de tonnes de carburant (280 000 aujourd’hui). En parallèle, les négociations se poursuivent avec Dubaï Ports World avec en vue de conclure un partenariat stratégique.

Chute de près de 50% des IDE à Maurice en 2015

  • sejour-port-louis-ile-mauriceChute de près de 50% des IDE à Maurice en 2015. Selon les données publiées par la Banque de Maurice, les investissements directs étrangers auraient enregistré une chute de 48% en 2015 (pour la même année, la CNUCED fait mention d’une baisse de 7% des IDE en Afrique). En effet, le volume d’IDE à Maurice, qui s’est élevé à 462 M EUR en 2014 (+ 42% / 2013), a atteint 240 M EUR en 2015 (- 48% / 2014). La CNUCED estime à 3,7 Mds USD le stock des IDE à Maurice, ce qui représente 32% du PIB du pays. C’est toujours le secteur de l’immobilier qui se taille la part du lion avec les projets type IRS/RES qui captent 71% du total. Les principaux pays investisseurs restent la France, l’Afrique du Sud, et le Royaume-Uni.
1 8 9 10